Chartreuse Dynamique

Chartreuse Dynamique

Budget communal : impôts +8%, et fermeture d’activités, « On est dans la merde » dixit l’adjoint aux Finances.

Publié le 9 Avril 2016 par Chartreuse Dynamique in Conseil Municipal

A lire en fin d'article, le Dauphiné Libéré du 8 avril à propos de ce sujet.
Le Conseil Municipal a clôturé les comptes 2015 et débattu du budget communal 2016 ce jeudi 7 avril. En voici les grandes lignes :

Bilan 2015 :

  • Beaucoup de lignes budgétaires (école, route, etc…) ont été rognées pour atteindre l’équilibre, afin aussi de compenser 35.000 € d’exonération de taxes de remontées mécaniques budgétées initialement et annulées (sans compter les 80.000€ de subventions versées au SIVU)
  • Plus de 400.000€ de factures de travaux exécutés en 2015 n’ont pas été payés, dont une partie sur le budget de fonctionnement. Dit autrement, la commune a fait des travaux qu’elle n’avait pas les moyens de payer.
  • 1 devis de 18.000€ a même été signé par le Maire et les travaux exécutés, sans que ces travaux n’aient été inscrits au budget. C’est parfaitement illégal.

Budget 2016 :

  • Hausse des impôts locaux de 8%
  • La forêt d’Emeraude n’ouvrira pas, faute de budget pour l’entretien du parc (6 emplois saisonniers supprimés)
  • Fermeture de certains bassins dans les hameaux
  • Baisse du budget déneigement de 15.000€
  • Pas de réfection des routes en 2016 (report de la réfection de la route de Mollard-Bellet)
  • Forts doutes sur l’ouverture de l’activité VTT été
  • 140.000€ de subventions au SIVU
  • Si on déduit les factures de 2015 non payées imputées au budget 2016, le budget d’investissement 2016 s’élève à 30.000€ seulement.

Le coût total du CTM s’élève à 1 493 000 € TTC, soit plus de 50 % de dépassement (cf coût initial annoncé par M. Guerpillon à 907 000 € TTC).
Le coût du réfectoire s’élève à 535 000 € TTC, soit plus de 25 % de dépassement (cf coût initial à 415 000 € TTC)

Nous savons cependant que les services municipaux et M. Bochard ont tout fait pour essayer de sauver la situation, en optimisant partout où cela était possible, mais ce budget n’est pas acceptable. Pour reprendre la phrase de Philippe BOCHARD, adjoint aux Finances, citée par Le Dauphiné « Je le dis vulgairement, on est dans la merde ».

Cela d’autant que ce n’est que la « 1ère lame ». D’ici deux mois, la Chambre Régionale des Comptes rendra son rapport sur la gestion du SIVU et de la Commune, avec certainement de nouvelles préconisations de (fortes) hausses d’impôts. Et dans le même temps, l’avenir de la dette du SIVU (estimée par tous à 1 million d’euros environ) sera scellé, avec certainement une forte partie à la charge de la commune.

Qu’aurions nous fait ?

Il suffit de se reporter à notre projet de campagne électorale :

  • Tout d’abord une réflexion plus approfondie sur le CTM et le réfectoire avant d’engager ces investissements qui, comme nous l’annoncions, ont fini de plomber le budget communal.
  • Lors du conseil municipal du 4 juin 2014, nous avions « supplié » le Maire de prendre le temps de la réflexion avant de commander les travaux du réfectoire, en vain. Nous avions proposé l’étude d’un partenariat avec le chalet de la ville de Sète. Depuis, ce bâtiment, qui comportait un réfectoire et des salles de classe en état de marche (et bien entendu de l’immobilier recyclable en logements), s’est vendu moins de 500.000€. C’est moins cher que le coût final du réfectoire…
  • Concernant le ski alpin, nous préconisions urgemment de le mutualiser au niveau intercommunal. Nous aurions gagné deux ans, puisque nous en sommes maintenant aux mêmes conclusions, et évité les 1 million de pertes cumulées dans cette période (sans compter les autres sommes versées au SIVU sur le budget communal durant cette période).
  • Nous aurions élaboré en début de mandat un programme pluriannuel d’investissements tous sujets confondus (réfection école, amélioration des routes, aménagement du village et du Plan de ville, sécurité des routes, diversification des activités touristiques, etc.), avant d’engager ces premières grosses dépenses irréversibles. Nous en aurions débattu avec les habitants. Toutes les collectivités le font … sauf Saint Pierre de Chartreuse malheureusement

 

Budget communal : impôts +8%, et fermeture d’activités, « On est dans la merde » dixit l’adjoint aux Finances.
Commenter cet article

legrandduc0 11/04/2016 21:31

Qu'espériez vous d'un maire qui se parjure. Budget voté après le 31 mars 2016 voir la loi.

! 10/04/2016 18:57

Nous avons ici le résultat brillant de la vacuité de notre équipe municipale !